Une démarche départementale vise à promouvoir les énergies renouvelables et en particulier les unités de méthanisation. Il s’agit d’un procédé qui consiste à produire du gaz méthane à partir de matières organiques dont le fumier et le lisier. C’est un processus qui est largement utilisé depuis de nombreuses années dans d’autres régions, en Allemagne et en Suisse. Le système permet à la fois la production d’électricité et l’alimentation en chauffage à travers un réseau de chaleur, tel celui de Mende. Les chargés de mission des Chambres d’Agriculture et de Commerce ont rencontré les agriculteurs du secteur. Cette démarche a été faite également sur Marvejols et Aumont. Elle avait pour objectif d’expliquer le fonctionnement de ces unités et d’étudier le potentiel d’apport de matières organiques afin d’étudier la faisabilité d’un tel projet.

A ce jour, aucun projet n’est défini. La faisabilité technique et financière n’est pas établie. Par conséquent, aucun site n’est choisi.

INFOS : La méthanisation est le processus naturel biologique de dégradation de la matière organique  en absence d’oxygène. La méthanisation, en tant que bioprocédé, peut être mise en œuvre dans un appareil  » digesteur » , pour dépolluer des rejets chargés en matière organique tout en produisant de l’énergie sous forme de méthane. La méthanisation permet de traiter des rejets aussi divers que les eaux usées, les boues de stations d’épuration, les déjections animales, les déchets de l’industrie agro-alimentaire, les déchets de cuisine les ordures ménagères, les déchets agricoles, etc.

La méthanisation avec valorisation du biogaz produit  a toute sa place parmi l’ensemble des diverses solutions de production d’énergie renouvelable  en permettant d’atteindre deux objectifs complémentaires : produire de l’énergie tout en réduisant la charge polluante des déchets et des effluents organiques et également, selon la nature du produit de départ, produire un digestat stabilisé utilisable comme fertilisant ou amendement organique.

L’Allemagne et le Royaume-Uni sont les deux pays les plus avancés au niveau du développement de la filière du biogaz ; d’autres pays ont des programmes et des politiques spécifiques en matière de biogaz tels l’Espagne, l’Italie, le Danemark, les Pays-Bas, la Suède, la Pologne, la Suisse ou encore l’Autriche. Depuis les années 2000, l’Union Européenne est devenue la principale productrice de biogaz – devant les États-Unis – avec plus de la moitié de la production mondiale.