img11declarationbd

La Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen   est illustrée par divers symboles :

– Deux personnages allégoriques dominent la scène : une femme couronnée, vêtue d’habits tricolores et d’un manteau avec des fleurs de lys qui a rompu ses chaînes : elle représente la nouvelle France, encore monarchique, mais qui se libère de l’oppression de l’Ancien Régime, elle porte  son regard en direction d’une femme ailée qui figure la Liberté  (elle serait inspirée d’un déesse grecque, fille de Gaïa, appelée la Renommée) , sa main droite tient un sceptre (symbole de pouvoir) qui pointe vers un oeil ouvert au milieu d’un triangle sur fond de soleil rayonnant (oeil de la Raison, de la Conscience) qui permet de dissiper les nuages à droite et à gauche qui représentent l’erreur, l’Ancien Régime. Elle invite à lire les articles de la Déclaration avec son autre main.

-La guirlande de lauriers  évoque la Gloire.

– Le serpent qui se mord la queue, symbolise l’éternité des droits que rappelle le préambule.

– Entre les tables de marbre un faisceau de baguettes symbolise l’union du peuple dans sa diversité et donc l’union nationale.

– La pique (arme des sans-culottes) signifie la force de la loi et remplace l’épée, symbole du pouvoir royal.

Le tout est surmonté d’un bonnet phrygien rouge, symbole de la Liberté retrouvée (repris car c’est la mode antique à la fin du 18è siècle) qui ressemble au bonnet « pileus »dont étaient coiffés les  esclaves libérés dans la Rome antique.

Le texte est inscrit sur deux registres, dont la forme évoque celles des Tables de la Loi rapportées par Moïse du Mont Sinaï sur lesquelles étaient inscrits les commandements de Dieu, ce qui montre que la Loi des Hommes est égale à celle de Dieu.