EUROPE est une princesse phénicienne, fille d roi de Tyr en Phénicie ( actuel Liban). Elle  fut aimée de Zeus à qui  elle donna trois fils dont Minos, futur Roi de Crète et fondateur de la civilisation minoenne qui sera à l’origine des civilisations grecque et romaine dont nous sommes empreints dans toute notre Histoire de France.

La jeune princesse fit un jour un rêve étonnant où deux continents personnifiés tentaient de la séduire. Le matin venu, pour chasser ce rêve étrange, elle alla avec ses suivantes cueillir des fleurs près de la plage de Sidon.
Sur une plage phénicienne (actuel Liban)   Zeus  aperçut la jeune fille jouant avec ses compagnes et il en tomba immédiatement amoureux. Il jugea plus prudent de se métamorphoser en taureau pour échapper à la surveillance de son épouse, Héra, et pour mieux approcher les jeunes filles sans les effaroucher. Il prit la forme d’un beau taureau blanc au front orné d’un disque d’argent et surmonté de cornes en croissant de lune. Europe  tomba sous son charme et s’assit sur son dos.

Mais dès qu’elle fut sur son dos, il se précipita vers le rivage proche. Accompagné par toute une cohorte de divinités marines, de Néréides chevauchant des dauphins et de tritons soufflant dans des conques, il l’amena dans l’île de Crète. Ses frères partirent à sa recherche en vain. Son père mourut de chagrin.
Europe donna son nom au continent européen et la constellation du Taureau  rappelle cette transformation divine.

Quand Zeus l’abandonna, Europe fut épousée par le roi de Crète, Astérios, qui reconnut ses enfants et fit de  Minos son successeur. Europe donna à son mari une fille, Crété.
Ensuite la Crète devint une plaque commerciale extrêmement importante ( huile d’olive). C’était aussi un pôle culturel majeur. Les Minoens furent  les premiers Européens à utiliser l’écriture. L’île fut annexée par les Grecs lors de son déclin et les Grecs empruntèrent leur alphabet aux Phéniciens : la langue grecque est  la « mère » de toutes les langues européennes dont dérivera l’alphabet latin et l’alphabet cyrillique. L’écriture grecque sera porteuse d’identité

D’Europe à l’Europe

Existe-t-il un lien entre la figure légendaire et le continent ? Les auteurs antiques s’interrogeaient déjà à ce sujet et, aujourd’hui encore, il semble difficile de trancher. Un faisceau d’éléments permet cependant d’émettre quelques hypothèses !
 L’éthymologie d’Europh, d’abord, mérite qu’on s’y arrête. On fait souvent dériver ce nom de la racine ereb, désignant le coucher du soleil. Il apparaît dès lors naturel que ce terme puisse désigner un territoire situé du côté du soleil, c’est-à-dire vers l’occident. Pour justifier le nom donné à la jeune femme, on évoque l’étymologie grecque : l’adjectif eurus (eurus) signifiant « large », « profond » et le nom ôpè (de wros) renvoyant au visage ou au regard. Le nom d’Europè renverrait alors à une fille « au regard profond », « au regard sombre ».
Mais cela ne résout pas la question du lien entre ces deux entités. C’est alors que l’on convoque la partie du mythe consacrée au périple des frères d’Europe : on se rappelle que chacun part, depuis leur Phénicie d’origine, vers une région de Grèce (Thasos vers Olympie, Cadmos vers la Béotie, région dans laquelle il fondera Thèbes…) Dès lors, le périple des frères d’Europe à la recherche de celle-ci semble délimiter une aire géographique, établissant un lien entre le nom de la jeune fille et celui du continent….
la Grèce a frappé la princesse Europe sur les pièces de 2 €

 Arts

La « déesse au taureau » va être reprise et représentée, en sculpture, peinture, céramique et mosaïques jusqu’au IV°siècle et cela sur tout le pourtour méditerranéen (Liban, Grèce, Italie, France, Espagne, Tunisie, Algérie, …). Ces vestiges antiques sont actuellement préservées dans les divers musées.
Plus tard les peintres de toutes les époques ont représenté ce mythe…

tableaux Europe