La Journée internationale des droits des femmes trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle en Europe et aux États-Unis, réclamant des meilleures conditions de travail et le droit de vote.
Au cours de l’Année internationale de la femme en 1975, les Nations Unies ont commencé à célébrer la Journée internationale de la femme le 8 mars. En 1977, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution proclamant la Journée des Nations Unies pour le droit de la femme et la paix internationale, reconnaissant le rôle important de la femme dans les efforts de paix et dans le développement.

Des actions pour promouvoir l’égalité

Une convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif.

La convention, signée en février 2013 par 6 ministres, est destinée à ancrer l’égalité entre les filles et les garçons dans les pratiques quotidiennes des acteurs de l’école. Elle s’articule autour de 3 chantiers prioritaires :

  • acquérir et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes
  • renforcer l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes
  • s’engager pour une mixité plus forte des filières de formation et à tous les niveaux d’étude

Au travers de ses déclinaisons régionales, elle a permis une dynamique de coopération entre les divers services de l’État, au premier rang desquels les rectorats et les services territoriaux des droits des femmes. Elle a également ouvert la voie au renforcement des partenariats avec le monde économique et professionnel ainsi que le tissu associatif.