Les calendriers  remontent à la nuit des temps. Le premier calendrier identifié a été mis au point il y a 5000 ans par la civilisation sumérienne. Ce calendrier, mal connu, semblait être constitué de 12 mois de 30 jours. Ces 30 jours étant basés sur le cycle lunaire, qui durait en réalité 29 jours ½.

On trouve aussi un calendrier lunaire Babylonien (-4000av.J.C.)En fait les Babyloniens, les Chaldéens et les Assyriens ont été (d’après ce qu’on sait) les premiers à observer les astres pour découper le temps en mois, jour, heures et minutes. C’est notamment aux Chaldéens que l’on doit le découpage des jours en 12 heures, l’heure en 60 minutes et la minute en 60 secondes.

Il existe une grande quantité de calendriers, certains ont été abandonnés car trop complexes.

Les repères utilisés par les hommes pour compter le temps sont les éléments facilement observables des cycles naturels. Ce sont d’abord les périodes naturelles des saisons ; et surtout l’observation de phénomènes astronomiques les plus visibles dans le ciel : les cycles de la lune et puis du soleil.

Le calendrier utilisé actuellement dans la plus grande partie du monde est le calendrier grégorien mais il en existe d’autres.

LES UNITES DE TEMPS

1) Les semaines ou décades : La division du temps en semaine de sept jours provient du calendrier juif. Celui-ci, qui est un calendrier lunaire, tient compte des changements de phases de la Lune (nouvelle Lune, premier quartier, pleine lune, dernier quartier) qui durent sept jours chacune. La Bible commence par la création du Monde  par Dieu, celle-ci dure sept jours.

Le calendrier des Romains ignorait la division du mois en semaines. Le mois comportait trois périodes de durées inégales entre elles et qui n’avait pas le même nombre de jours selon le mois de l’année. Ces périodes sont les nonnes, les ides et les calendes.

Dans le calendrier républicain français, le mois était divisé en trois périodes de dix jours, les décades. Les noms des jours sont imités du latin : primidi, duodi, triidi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi, décadi. Comme il manquait cinq ou six jours pour atteindre les 365 ou 366 jours de l’année, on rajoutait à la fin de l’année 5 ou 6 jours supplémentaires.

2) Le mois, utilisé pour mesurer les durées supérieures à quelques jours, est inspiré du cycle de la lune. Une lunaison est le temps qui s’écoule entre deux pleines lunes. Une lunaison dure 29 jours 12 heures 44 minutes et 2,8 secondes (29,53 jours) ;

L’année solaire correspond au temps que met la Terre pour tourner autour du soleil.  La durée d’une année était plus difficile à calculer, mais permettait de suivre le cycle des saisons. Le problème pour établir un calendrier à partir de ces différentes unités est qu’elles ne sont pas multiples les unes des autres : une année solaire dure environ 12 mois lunaires et 11 jours ; et une année solaire ne correspond même pas à un nombre entier de jours, mais à 365 jours, 6 heures et 9 minutes.

Les différents calendriers ont donc tenté de s’ajuster pour résoudre ce problème, en privilégiant dans leurs calculs soit le cycle de la Lune, soit celui du soleil.

LES CALENDRIERS PLUS UTILISES

– Les calendriers solaires basés uniquement sur le cycle annuel du Soleil

-Les calendriers lunaires basés sur les phases de la Lune

-Les calendriers luni-solaire basé à la fois sur le cycle annuel du Soleil et les phases de la Lune.

1) Calendriers lunaires

Dans les régions du globe où les saisons sont peu marquées, comme en Polynésie, la lunaison est longtemps restée après le jour l’unité fondamentale de mesure du temps. On comptait le temps non, en années, mais en mois lunaires, d’une pleine lune à la suivante.

De nos jours, le calendrier musulman est le seul calendrier purement lunaire qui soit réellement utilisé à grande échelle. L’année compte 354 ou 355 jours, et est donc décalée de 11 ou 12 jours par rapport à l’année solaire. Chaque date du calendrier musulman (dont notamment les fêtes religieuses et le jeûne du mois de Ramadan) « transite » donc progressivement par toutes les saisons. L’apparition du premier croissant de lune détermine le début du mois.

Le calendrier romain  utilisé par les Romains avant la réforme de Jules César en 46 av. J.-C. était un calendrier lunaire.

2) Calendriers luni-solaires

Ils suivent les cycles de la Lune pour compter les mois. Ils s’ajustent à l’année solaire en ajoutant des mois intercalaires. Une année normale compte 12 mois lunaires. Environ un an sur trois, l’année compte 13 mois ce qui permet de se recaler sur l’année solaire et de ne pas trop dériver par rapport aux saisons. De nos jours, le principal calendrier luni-solaire encore utilisé est le calendrier hébreu, qui sert pour déterminer les dates des fêtes religieuses juives. Les années « communes » sont des années de 12 mois. Tous les 2 ou 3 ans, il y a une année « embolismique » de 13 mois. Le calendrier chinois est également luni-solaire. Il n’est plus tellement utilisé, sauf pour fixer la date de la fête du  Nouvel An chinois et celles des signes du zodiaque chinois.

Dans les calendriers lunaires et luni-solaires le jour de l’An change de date chaque année.

3) Calendriers solaires

Une année solaire ne correspond pas à un nombre entier de jours, mais à 365 jours, 5 heures ? 48 minutes et 46 secondes. Les calendriers qui se basent sur ce cycle ont des années normales de 365 jours et des années bissextiles  de 366 jours.

Le découpage en mois est arbitraire :

  • certains calendriers, comme le calendrier républicain choisissent de faire douze mois de 30 jours, et terminent l’année avec une période spéciale de 5 ou 6 jours.
  • d’autres alternent les mois de 30 et 31 jours, voire de 28 comme dans le calendrier grégorien actuel.

Le calendrier julien, instauré par Jules César, était de ce type, de même que le calendrier grégorien qui lui a succédé et actuellement utilisé presque partout dans le monde.

Dans les calendriers solaires le jour de l’An ne change pas  de date, il est dans le calendrier grégorien le 1er janvier et dans le calendrier persan le 21 mars.

LE CALENDRIER GREGORIEN

Fondé sur le calcul inexact de la naissance du Christ, le calendrier grégorien s’est imposé comme la norme internationale. Si le calendrier grégorien est officiellement adopté par la majorité des pays, certains pays asiatiques, musulmans ou orthodoxes utilisent un autre calendrier pour les actes religieux ou les événements culturels importants.

Par exemple:

  • les chrétiens orthodoxes ne fêtent pas Noël en même temps que les chrétiens catholiques
  • le nouvel an chinois, musulman et juif ne tombent pas le 1er janvier de chaque année

Certains pays ont un autre calendrier, ils sont très minoritaires.

 

LE CALENDRIER PERSAN

Le calendrier persan (ou iranien) est un calendrier solaire utilisé notamment en Iran depuis 1925 et en Afghanistan depuis 1957. Il ressemble au calendrier julien , avec quelques différences. Les semaines de 7 journées , l’année  est constituée de 12 mois , et les deux calendriers prévoient des années bissextiles  des années avec un jour de plus. Cependant, la répartition des jours dans les mois et des années bissextiles diffère de notre calendrier.

Le calendrier persan est ajusté sur les équinoxes  et les solstices . C’est le calendrier solaire qui offre à ce jour la plus grande précision. Il est l’héritage de l’histoire du Moyen-Orient. La semaine est constituée de 7 jours. Cependant, elle commence le « samedi » (et non le « lundi ») et s’arrête le « vendredi ». Le vendredi est un jour de prière dans la religion musulmane, et peut être comparé au dimanche  des chrétiens. Dans la plupart des pays islamiques (et donc en Iran ), le « vendredi » est un jour férié.

Nos signes astrologiques sont en coordination avec le début de chaque mois iranien.

LA SIGNIFICATION DU JOUR DE L’AN

  • Une signification païenne qui fête le renouveau, la renaissance, ce qui est le cas dans le calendrier grégorien.
  • Une signification religieuse dans le calendrier musulman (départ de Mahomet de la Mecque) et dans le calendrier hébreu (jour de la création divine).

BONNE ANNEE A TOUS  !