Des Maquisards qui combattaient les Nazis sont morts pour notre liberté, tous jeunes et tous engagés pour  un pays LIBRE.

Samedi 15 août, une cérémonie du souvenir aura lieu sur les 3 lieux qui se réfèrent à ces tristes événements :

10h : Stèle de Barjac. Voir  le texte ci-dessous.

11h : Stèle du Bruel d’Esclanèdes. (En mémoire de deux membres du corps-franc, tués lors d’une fusillade. Leur unité assurait la protection d’une réunion des chefs régionaux des Forces françaises.)

11h30 : Stèle de Chanac, Route du Pont Vieux. En souvenir des 6 jeunes gens morts pour la France sur la route du Pont Vieux : BRINGER Robert, CLOUP Jean, HERVIER Paul, LAPLASSOTTE André, MODESTO Requero, POYET André, SCHAEFER Jean et WOZTOWIEZ Edouard.

Si vous roulez sur la route nationale 88  dans les environs proches du village de Barjac, vous aurez peut-être la chance de découvrir une stèle, érigée à quelque distance de cet axe routier. Si votre curiosité vous pousse à vous y arrêter, vous lirez au sommet de la plaque fixée sur cette stèle :

 LE MARDI 15 AOÛT 1944, 25 RESISTANTS SONT MORTS POUR LA FRANCE ET POUR LA LIBERTE

Texte de la stèle :« Au P.C. de la Résistance à Marvejols, les responsables décident, le 13 Août1944  au soir, de couper la RN 88 entre Bec de Jeu et le Villaret près de Balsièges pour isoler les troupes d’occupation de Mende. Avec sa compagnie FFI d’une quarantaine d’hommes, le lieutenant « DICKY » chargé de l’opération, quitte Marvejols le 15 août au matin avec deux camions.Les maquisards s’arrêtent à BARJAC. La voiture, envoyée en éclaireur par les FFI, revient sans rien signaler. Les Résistants continuent leur route vers 15 ou 16 heures. Soudain, le chauffeur du premier camion voit la camionnette du lieutenant « DICKY » qui le précède, s’arrêter en travers de la route. Arrêt brutal du camion au milieu de la chaussée, coups de feu. Le mitrailleur FFI réplique aux tirs ennemis, provoquant un fléchissement de leur densité, ceci permet à certains d’échapper à la mort. Il s’agit bien d’une embuscade tendue aux maquisards par les troupes d’occupation bien renseignées. Les soldats embusqués au-dessus de la route sur le versant nord du virage tiennent la ligne droite sous leur feu. De plus, une mitrailleuse, au dessus de la rive gauche du Lot, couvre toute la rive droite, de la route à la voie ferrée et au Lot. Plusieurs maquisards sont tués alors qu’ils sont à l’abri des tirs venus du versant nord. Lors du ratissage qui suit, les blessés sont achevés. Vingt-cinq FFI sont morts dans cette embuscade. Quatre prisonniers, emmenés à MENDE, sont fusillés le 17 Août. trois autres, pris au bord du Lot, sont parmi les fusillés du « PONT VIEUX » à CHANAC, le 16 août. Parmi les survivants, on compte « DICKY » et huit de ses hommes. L’auteur de la trahison, confondu et condamné à mort par le tribunal militaire FFI, est fusillé le 31 août 1944. »