REDUCTION DU RISQUE INONDATION ET ENTRETIEN DES BERGES DU LOT

Près de 3 km de berges de la rivière Lot (depuis l’amont du Pont Neuf jusqu’au Pont Vieux à Chanac) ont bénéficiéen janvier 2017  de travaux d’entretien menés par le groupement d’entrepreneurs PIT/RIVEO du Collet-de-Dèze.

Ces actions ont pour objectif de permettre le libre écoulement des eaux en cas de crue, en évitant la formation « bouchons d’arbres » qui peuvent non seulement menacer les différents ponts de Chanac mais aussi augmenter le risque d’inondation et de dégât sur les berges et les zones habitées. De la même manière et dans les années à venir, des travaux d’entretien des berges du Lot seront également entrepris sur les communes de l’ensemble du territoire de la Communauté de communes du Pays de Chanac. Ces travaux d’entretien des berges du Lot font partie d’un programme d’intervention de 5 ans (2014-2019) qui concerne l’ensemble du bassin du Lot lozérien et de ses affluents.

Il est important de noter que cette intervention « volontaire » des collectivités (il n’y a en effet aucune obligation légale) est, en quelque sorte, un « coup de pouce » donné aux propriétaires riverains qui sont, au regard de la loi, responsables de l’entretien des berges et de la végétation qui y pousse. Une fois le plus gros du travail réalisé par la collectivité, il appartiendra donc à ces derniers de reprendre la main.

Ces travaux d’un montant  estimé à 11 790 € TTC sont financés par l’Agence de l’eau Adour-Garonne (60%), EDF (10%), la Région Occitanie (7%) et la Communauté de communes du Pays de Chanac (23%).

En  mars 2017, à l’occasion des plantations effectuées par l’entreprise PIT/RIVEO sur Cultures le 21 mars dernier, nous sommes revenus ensemble sur le seuil du Moulin Grand afin de faire transiter à l’aval de l’ouvrage les restes de bois billonnés qui n’avaient toujours pas été emportés par les crues.

Un seul élément, n’a pas pû être basculé vers l’aval. Il a cependant été à nouveau tronçonné et sera plus facilement mobilisable lors des prochaines crues (il risque cependant de rester sur l’ouvrage cet été). Par ailleurs et depuis la fin du chantier (janvier 2017), de nouveaux bois flottés s’étaient déposés sur le seuil. Ils ont été billonnés gracieusement par l’entreprise et poussés vers l’aval du seuil.  L’ensemble de ces billons de 1 à 2 mètres de long se retrouveront dispersés à l’aval du seuil et resteront visibles ponctuellement par le public cependant ils n’auront plus la capacité de boucher ou d’abimer un pont ce qui représente le but premier de notre intervention dans le cadre de l’intérêt général.