Après le repas, l’échange  de cadeaux est devenu le moment le plus important du rituel de Noël. Cela n’a pas toujours été le cas : le cadeau de Noël est une invention qui date du XIXè siècle. C’est à l’Angleterre victorienne (Reine Victoria qui régna de 1837 à 1901), puis à l’Amérique de Roosevelt, que l’on doit la forme contemporaine de la célébration familiale de Noël avec son sapin et ses cadeaux emballés dans de beaux papiers enrubannés.  Le rituel de Noël est certes très ancien : depuis le règne de Constantin, empereur de Rome au IVè siècle, la naissance du Christ est fêtée le 25 décembre, à l’époque de l’année où les hommes célèbrent aussi la fin de l’hiver, la renaissance de la nature et le retour de la lumière.

Mais les Noëls endiablés du Moyen-Age, avec des excès de boissons et de danses,  avaient l’air de saturnales (Les Saturnales sont durant l’antiquité romaine des fêtes   se déroulant durant la période proche du solstice  d’hiver (du 17 au 24 décembre) qui célébraient le dieu Saturne et étaient accompagnées de grandes réjouissances populaires. Durant cette période, les barrières sociales disparaissaient, on organisait des repas, on échangeait des cadeaux, on offrait des figurines aux enfants  et on plaçait des plantes vertes dans les maisons, notamment du houx, du  gui et du lierre.) Les cadeaux ne sont pas totalement absents de ces Noëls médiévaux aux airs de carnaval : parce qu’on y fêtait autant la naissance du Christ que la fin des mois obscurs de l’hiver, on s’offrait des noisettes, des gâteaux et du pain d’épice ; les enfants déguisés et formés en bandes allaient de maison en maison chanter et présenter leurs vœux, recevant en échange des fruits et des gâteaux…

Revenons au 19è s, où en 1860 les grands magasins apparaissent : le Bon Marché, le Bazar de l’Hotel de Ville, le Printemps et accompagnent ce mouvement proposant des montagnes  de cadeaux aux enfants. Ce goût pour les cadeaux s’amplifie entre les deux guerres puis davantage après la Libération et l’avènement de la société de consommation. Désormais offrir un cadeau c’est énoncer un lien avec la personne qui le reçoit, le cadeau matérialise le lien , en le rendant public, il le renforce.

noel 3

Mais n’oublions pas que si Noël est si ancré dans nos sociétés, c’est également parce que cette période  était source d’effroi par le solstice d’hiver,  transition astronomique du passage de la nuit à la lumière  qui suscitait d’immenses craintes :  à notre époque  ne redoutons-nous  toujours pas  un peu ces longues nuits hivernales ?  La fête et les cadeaux servent à conjurer ces frayeurs au cœur de la nuit. Illuminer sa maison permet d’apprivoiser l’obscurité. Offrir des présents aux enfants, c’est faire une offrande à ceux qui vont nous succéder, à l’Avenir…

noel3