La Commune et le Service départemental d’incendie et de secours ont  organisé la cérémonie de la Sainte-Barbe le samedi 12 décembre au centre de secours de Chanac.

Un peu d’histoire !

Sainte Barbe, appelée « Barbara » se fête le 4 décembre, le jour de la Sainte Barbara. C’ est une jeune fille d’Orient ayant vécu à la fin du IIIème siècle après J.C. Fille de « patricien » (Romain qui appartient à la classe supérieure qui détient du pouvoirs politique et religieux),   elle fait donc partie de la classe aisée (ce qui explique la couronne sur la tête). Comme toutes les filles de son époque, elle est soumise à son père. Toutefois, Barbara bénéficie d’un mince savoir acquis lors de ses rencontres avec de nombreux voyageurs venus dans sa maison patricienne. Parmi toutes ces personnes, un certain Origène retient son attention et lui ouvre l’esprit sur le Christ (d’où les représentations à connotations chrétiennes). Elle se met alors à changer et refuse le prétendant choisi par son père. Certaines sources prétendent alors qu’elle avait décidé de dédier sa vie au Christ. Son père tente de lui faire reprendre « la raison » en l’emprisonnant dans une tour dont elle  fera percer 3 fenêtres ( comme la Sainte Trinité). Mais rien n’y fait. Il décide donc de la tuer !

Les récits  disent qu’au moment fatidique, le « feu du ciel » tomba sur le père et le foudroya sur place. C’est pourquoi, on lui attribue un lien au feu et à l’électricité.

Sainte Barbe protège de la foudre, mais elle est aussi la patronne, le modèle et la protectrice des architectes, des géologues  des mineurs, des artificiers , des métallurgistes , des démineurs et autres corporations liées au feu. Sainte Barbe  est aussi la patronne de l’Ecole Polytechnique.


 sainte-barbe-patronne-des-artilleurs-pompiers-mineurs

 palme de martyre

la palme de martyre

 CEREMONIE à CHANAC

La Sainte Barbe a été fêtée, après bien des hésitations suite au drame  du 13 novembre, nous plongeant dans un deuil national sans précédent. A l’image de la Fédération nationale des pompiers, le Centre de secours de Chanac, a souhaité maintenir cette  tradition avec dignité, retenue mais fidélité à une tradition républicaine. La cérémonie a commencé au Centre de secours de Chanac, en présence  du Commandant des pompiers Jean-François Lartaud, du Colonel des pompiers M.Turc,  des cinq maires de la communauté de communes du Pays de Chanac, de représentants des gendarmes de Chanac et  d’habitants soucieux de soutenir  les sapeurs-pompiers. Puis,  les couleurs de la France ont été  hissées.  Le  Commandant Lartaud  a ensuite promus cinq de ses camarades à des grades supérieurs. C’est à la Mairie ensuite que les discours furent prononcés. Le Commandant Lartaud,  le Colonel Turc et Philippe Rochoux se sont exprimés, rappelant que le Centre de secours chanacois, c’est 160 interventions/an, 1/jour en juillet et août et en moyenne annuelle 3/semaine. Chacun a rappelé que les pompiers lozériens étaient tous des bénévoles, dévoués à la cause publique, ayant un engagement sans faille pour les valeurs de solidarité et de don de soi    qui dépassaient les répercussions sur leur vie professionnelle et familiale. Cet engagement est à saluer. La Mairie a été  également remerciée pour les facilités, la confiance et la reconnaissance dont elle fait preuve.   M. le Maire a souligné l’importance du projet de  rénovation du Centre de Secours  par le service départemental en partenariat financier avec la commune.

DSCF3021

DSCF3023

DSCF3036 DSCF3023

VOICI LE MESSAGE DU PRESIDENT NATIONAL DES SAPEURS POMPIERS à l’occasion de la Sainte Barbe 2015 : on reconnaît les valeurs qui les unient : COURAGE, DIGNITE, HUMANITE, SOLIDARITE.

Chers collègues et amis, membres de la communauté des sapeurs-pompiers de France,

Au lendemain de ce terrible vendredi 13 novembre, j’ai transmis un message à l’ensemble des sapeurs-pompiers de France. Je voulais alors adresser des pensées émues à l’ensemble des familles et des proches des victimes mais aussi transmettre tout mon réconfort aux trop nombreux blessés.

J’ai tenu également à saluer la formidable mobilisation des sapeurs-pompiers de Paris et de toutes les forces de secours et de sécurité civile, de sécurité ainsi que celle des services hospitaliers.

Il s’agissait aussi d’assurer notre pays de toute la disponibilité des sapeurs-pompiers pour continuer à réaliser leur mission de secours et de protection des populations. Vous le savez, notre organisation, notre maillage territorial, la possibilité de mobiliser 245 000 hommes et femmes sont nos meilleurs atouts. Sans oublier la force de nos valeurs.

Au coeur de ces journées de deuil, de recueillement, d’interrogation ou de colère qui ont suivi, une question est vite apparue au sein de notre communauté : « Faut-il maintenir les célébrations de Sainte-Barbe ? » Au sein de notre Fédération et dans notre dialogue avec l’État, le débat a été rapide et unanime en faveur du maintien.

Plusieurs considérations ont motivé notre décision. Tout d’abord, la prise en compte de l’importance de ces célébrations annuelles pour la vie des centres d’incendie et de secours, l’unité du corps des sapeurs-pompiers, sa reconnaissance par les autorités. Importance aussi pour la valorisation tant de l’engagement des sapeurs-pompiers volontaires, pour lesquels elles constituent un élément important de contre-don et un moment d’expression et d’échanges, que de l’apport des sapeurs-pompiers à la cohésion nationale autour des autorités de l’État, des élus et de la population. Ensuite, nous avons voulu marquer, par un respect des traditions de notre communauté, notre volonté collective de poursuivre et défendre notre vie sociale par ces temps de cohésion.

En revenant à sa légende, nous avons aussi voulu nous souvenir que Sainte-Barbe, c’est un symbole de lutte contre l’obscurantisme et la barbarie, symbole devenu protection pour tous ceux qui sont confrontés au feu : les mineurs, les artificiers et donc les sapeurs-pompiers. Dans ce contexte où nous devons relever la tête,
refuser la haine, crier notre fierté de vivre et de servir notre belle France, se revendiquer de notre belle devise – liberté, égalité, fraternité –, se regrouper derrière notre drapeau tricolore et chanter la Marseillaise, oui, célébrer Sainte-Barbe va nous permettre de faire corps et de faire vivre notre bel esprit collectif.

Enfin, je sais que partout dans les territoires, au cours de ces milliers de cérémonies, vous aurez à coeur de rendre hommage à celles et ceux qui sont morts ce 13 novembre. Parce que c’est cela aussi Sainte-Barbe, se souvenir et honorer ceux des nôtres qui nous ont quittés mais aussi tous ceux qui méritent notre recueillement.

Avec la dignité et la sobriété adaptées au contexte, mais aussi avec force, célébrons
donc Sainte-Barbe ! »

Eric Faure

Président de la FNSPF