Faits marquants de Chanac

  • la page HISTOIRE : EN CONSTRUCTION, Cliquer sur les photos pour les voir en plus grand.

  • LA PREHISTOIRE à CHANAC

    .
  • Au Néolithique, dernière période de la Préhistoire -2000 av. J-C.

    Chanac est la commune de Lozère qui la plus riche en mégalithes de Lozère, essentiellement des dolmens, on en compte environ 50 sur Chanac et 180 en Lozère. Découvrez le parcours pédestre sur le topo-guide de Chanac vendu à l'Office du Tourisme, parcours sur le Causse sans difficulté.
  • C’est quoi un dolmen ?

    Les dolmens sont des sépultures. Le mot DOLMEN vient du breton «dol» (table) et de «men» (pierre). Bien que destinés à un usage funéraire, ils ne sont pas tous construits sur le même modèle. Au Néolithique, les morts étaient déposés vêtus, parés de leurs bijoux et de leurs armes (perles, pendeloques en os, coquillages, hache, arc et flèches). Le monument funéraire était le plus souvent ouvert à l’est (rite funéraire basé sur le soleil levant). La tête du défunt se trouvait ainsi à l’ouest soleil couchant. Le monument recevait plusieurs corps. La chambre funéraire pouvait être parementée. Les dolmens du Causse de Sauveterre ont une particularité : la chambre funéraire  a souvent un couloir accès coudé, ouvert au sud. Le dolmen a proprement parlé (la table de pierre) est entouré d’un tertre (tumulus) donnant au monument un aspect bien plus imposant que son apparence actuelle lorsque le dolmen est dégagé par des fouilles. Sur un diamètre d’une bonne dizaine de mètres, parfois plus, des pierres le dissimulent laissant apparaître ou non la dalle du sommet pesant quelques tonnes !        
  • Les principales mégalithes de la Commune à découvrir

    Dolmen de Laumède, remarquable par sa taille. Dolmen des Ayguières. Menhir de Roulmadis. Dolmen de la Rouvière. Dolmen de la Nojarède. Le mot MEGALITHE vient du grec  «mégas » qui signifie grand et «lithos» qui signifie pierre. Se procurer la brochure éditée par le Parc National des Cévennes (PNC) 6 €. "Dolmens et Menhirs" Collection Détours. 27 sites du Néolithique à découvrir.    
  • LA PERIODE GALLO-ROMAINE

  • Le Nom de CHANAC

    Le nom de Chanac viendrait de l'époque Gallo-Romaine qui signifierait "propriété de Canus", 'homme aux cheveux blancs.
  • LE MOYEN-AGE à CHANAC. 476-1517

  • Charles le Chauve reconnait le principe d’hérédité, naissance de la féodalité.

    Charles II dit "le Chauve", roi de France entre 840 et 877 ( petit fils de Charlemagne) alors qu'il part à la guerre,  il  publie  en 877 un capitulaire reconnaissant le principe d'hérédité des charges et des bénéfices pour les hauts fonctionnaires de l'empire en cas de décès  : c'est une immense victoire de l'aristocratie car auparavant, le roi distribuait ses comtés à ses bons vassaux et les reprenait aux moins méritants. Cette mesure devait être provisoire, elle deviendra définitive  par défaillance du pouvoir royal et correspond à la naissance de la féodalité. Les comtes et vicomtes vont devenir des " seigneurs" qui administrent pour leur compte au lieu d'administrer pour le compte de l'Etat. La rivalité entre le roi et ses vassaux est réelle  encore renforcée par l'éloignement et les distances.
  • en 1112, Chanac, possession des comtes de Barcelone puis du roi d’Aragon

    La vicomté de Grèzes qui comprend Chanac, après 60 ans de gestion catalane, entre par alliance dans le royaume d'Aragon.
  • Les rois renforcent le pouvoir de l’Eglise

    Les rois se méfient des comtes et vicomtes qui ont beaucoup de pouvoir et se servent des ecclésiastiques comme " contrôleurs". Les évêques deviennent donc tout puissants car ils ont une juridiction civile. L'évêque est malgré tout pris en tenaille entre les " barons" et les "agents" du roi.  
  • la Bulle d’or de Louis VII renforce davantage le pouvoir épiscopal

    En 1161, l'évêque Aldebert III du Tournel sentant les menaces de la noblesse gévaudanaise, obtient du roi le titre de Vicomte du Gévaudan. L'Eglise renforce son pouvoir. Chanac est sur les terres épiscopales de l'Evêque de Mende.
  • Début du 13è s Construction probable du donjon

    Le donjon a sans doute été construit entre 1180 et 1220 sans doute  par l'évêque de Mende  Guillaume IV de Peyre pendant la guerre contre les Albigeois ou bien par le Roi d'Aragon : l'incertitude persiste encore de nos jours et les recherches n'ont pas permis d'élucider le commanditaire . C'est le seul vestige du château médiéval.
  • La citadelle fortifiée du Villard

    Elle  domine le Lot en aval de Chanac (4km)sur un éperon rocheux. Au Moyen-Age, elle faisait partie du mandement du château de Chanac, possession épiscopale. Elle a été édifiée au 13ès. Elle servait à défendre le flanc ouest du château de Chanac et se  garantir contre les forces du roi capétiens siégeant à la Canourgue, Chirac et Marvejols.
  • L’Eglise St-Jean-Baptiste

    Elle a été construite au XIIIé siècle , certainement sous l'épiscopat de Guillaume IV de Peyre. Elle a été beaucoup remaniée, agrandie au fil des siècles et avait certainement au départ une abside en cul de four sans déambulatoire.
  • Eglise St Privat du Villard

    L'église est inscrite au titre des MH, elle se situe sur le magnifique site fortifié du Villard à 4km du centre village. Elle est devenue paroissiale en 1300 après avoir été sans doute la chapelle castrale  du château. L'abside pentagonale est la seule partie romane, le reste étant reconstruit en majeure partie. La dernière travée de la nef, le clocher-porche et l'escalier menant au clocher sont contemporains. Le décor mural, retauré en 1990, s'échelonne des 17è au 18è s. C'est une église remarquable avec ses peintures murales.
  • LA RENAISSANCE. 1517-1610.

  • Le château de Chanac devient la résidence d’été des Evêques

    A partir du 16è s les Evêques  font de Chanac leur résidence d'été. Le château est agrandi. Des jardins, bassins ornaient les terrasses du château. De ce bâtiment prestigieux il ne reste plus rien.
  • En 1562, les guerres de religion

    Chanac fut prise et pillée par les Réformés cévenols. Le Baron de Cénaret tenta bien de la reprendre pour la restituer au camp catholique, mais il échoua en décembre 1565 et mai 1568.
  • LE GRAND SIECLE.17è s.

  • LES LUMIERES. 18ès.

  • Maître-autel en bois doré à l’église classé au MH

    L'église St Jean-Baptiste possède un  très bel ensemble bois doré : maître-autel, tabernacle et baldaquin en bois doré du 17è et 18è s. Le baldaquin proviendrait de la chapelle du château des évêques de Chanac. Les armoiries, sur le tabernacle,  de Mgr Cruzy de Marcillac (évêque de 1628 à 1659) en font certainement le commanditaire.
  • LES TEMPS REVOLUTIONNAIRES. 1789 -1815.

  • Le château est incendié le 2 juin 1793

    le château fut incendié en représailles par les troupes révolutionnaires.
  • LE XIXè s.

  • Le Moulin Grand

    Au bord du Lot reste une partie de la digue et du béal du Moulin Grand. 6 moulins ont été répertoriés sur Chanac.  Rappelons qu'au 19ès,  il y avait beaucoup de noyers sur la commune. Au Moulin Grand on préparait de la farine et de l'huile. C'est un endroit plein de charme.
  • Les Croix dans Chanac

    Depuis l'Antiquité et jusqu'en 335 la croix n'est qu'un instrument de supplice. C'est par l'empereur romain Constantin I (chrétien) qui redécouvre la vraie croix du Christ, elle deviendra la représentation de la foi chrétienne. Dans Chanac, plusieurs croix sont implantées et la plus surprenante est sans doute celle en fer forgé dans al rue du Planaguet, décorée avec les objets de la Passion du Christ du 19ès. La croix de la place du Terras est datée de 1731.